l' Argonne et la nature

Les environs

l' Argonne, la nature, .....

Le mot Argonne vient du celte « ARGOAT » signifiant « Le Pays des Bois ». L’Argonne est une charmante région d’étangs et de forêts parmi les plus belles d’Europe où se succèdent des villages pittoresques aux maisons à pan de bois. L’Argonne s’étend sur la Marne, les Ardennes et la Meuse. Il s’y cache un riche patrimoine des XVIème et XVIIème siècles (châteaux et abbayes).

© Guillaume Ramon / Michel Petit / CDT Meuse

La forêt d’Argonne invite les amateurs de tourisme vert. Elle abrite près de 300 espèces d’oiseaux, de nombreux gibiers ainsi qu’une flore très diversifiée avec plus de 500 variétés de fleurs.

Les nombreuses rivières et étangs font de l’Argonne un paradis pour les pêcheurs.

l'Argonne et l'Histoire

 

La butte de Vauquois est un site de la Première Guerre Mondiale incontournable si vous êtes de passage en Argonne. Elle est située entre la forêt de l’Argonne et Verdun. C’est un lieu encore intact de la Grande Guerre, classée Monument Historique où tous les moyens de tuer (mines, lance-flammes, gaz, engins explosifs en tout genre…) ont été testés pendant 1 500 jours de guerre et faisant environ 15 000 morts.

 

Les soldats qui ont combattu à Vauquois ont creusé des kilomètres de souterrains pour déposer des bombes en sous-sol, sous les tranchées adverses (guerre des mines).

© Guillaume Ramon / Michel Petit / CDT Meuse

Aujourd’hui, c’est un terrain lunaire en surface et une véritable fourmilière sous-terre avec des kilomètres de galeries (plus de 17 kilomètres) s’étageant sur plusieurs niveaux (jusqu’à 100 mètres de profondeur).

La butte de Vauquois et ses galeries souterraines offrent la plus spectaculaire étape de tout le front de 1914.

En surface, le site se découvre en visite libre le long d’un circuit fléché dit des « Entonnoirs » : impressionnants cratères, exemples de tranchées restaurées côtés allemand et français. Un monument (« Aux combattants et morts de Vauquois ») occupe l’emplacement de la mairie de l’ancien village disparu.

Sous-terre, grâce à l’association « Les amis de Vauquois », des kilomètres de galeries souterraines ont été rouverts, repris aux gravats et à la broussaille et vous pourrez plonger dans les entrailles de la guerre au milieu des fantômes de poilus et d’Allemands. La visite des galeries et des sapes allemandes et françaises se fait sur réservation auprès de l’association. Des visites guidées sans inscription sont accessibles le premier dimanche de chaque mois à partir de 9h30 (dernier départ : 11h) sauf en janvier.

La visite est à couper le souffle, peut-être la plus émouvante des 700 km de front.

Une salle musée regroupant une collection de documents et d’objets découverts sur le site est présente en haut de la butte. Elle se visite, tout comme les souterrains, le premier dimanche de chaque mois.

Varennes-en-Argonne est une petite ville où Louis XVI et sa famille (en fuite) furent arrêtés durant la Révolution française. Pour retracer cet évènement, la ville propose un petit circuit avec des panneaux ludiques et instructifs. Profitez de votre passage à Varennes-en-Argonne pour voir :

  • la Tour de l'Horloge dite Tour Louis XVI, qui a été reconstruite en 1923 en remplacement du beffroi qui fut détruit pendant la 1ère Guerre Mondiale.
  • le Musée d'Argonne qui présente trois sections relatives à l’histoire locale : l’arrestation de Louis XVI, les arts et traditions populaires et une évocation de la guerre de 1914-1918 et des combats de l’Argonne.
  • Le monument de Pennsylvanie construit en 1927 en mémoire aux combattants qui ont libéré le village.

© Guillaume Ramon / Michel Petit / CDT Meuse

Le cimetière américain de Romagne-sous-Montfaucon est la plus grande nécropole américaine en Europe. Il compte 14 246 tombes de soldats américains qui ont péri durant l’Offensive Meuse-Argonne au cours de la Première Guerre Mondiale.

C’est un monument commémorant la victoire américaine au cours de l’offensive Meuse-Argonne. C’est une colonne de 57 mètres de haut surmontée d’une statue appelée le Génie Libérateur. Un escalier de 234 marches mène en haut de cette colonne pour découvrir les champs de bataille et la nature environnante.

La côte 304 est une petite colline au nord-ouest de Verdun recouverte d’une forêt dense et silencieuse. C’est un agréable lieu de promenade qui cache une terrible histoire : près de 10000 morts en 300 jours de combats au cours de la Première Guerre Mondiale. Encore aujourd’hui, on y distingue facilement des cratères d’obus, des tranchées et des barbelés rouillés. On ne peut sortir des chemins balisés, au risque de tomber sur une munition non explosée, vestige des combats terribles qui s’y sont déroulés.